Retour

Micro Ouvert #3 : Gouvernement ouvert : « intégrer l’expression citoyenne dans la décision publique »

Publié le 02 juin 2021

Sarah Durieux, Directrice de change.org France

La Direction interministérielle de la transformation publique, chargée d’animer l’élaboration du nouveau plan d’action de la France pour un Gouvernement ouvert a accueilli le 9 avril 2021, Sarah Durieux, Directrice de change.org France pour évoquer son engagement en faveur de la mobilisation citoyenne.

Quelles sont les bonnes techniques de mobilisation en ligne ? Comment rendre les pétitions sur internet facilement accessibles au plus grand nombre ? Comment aborder et réussir une première campagne ? Sarah Durieux a partagé sa vision de l’engagement citoyen et son expérience en matière de mobilisation en ligne.

Rendre accessible la prise de parole citoyenne au plus grand nombre

Selon Sarah Durieux,  trois raisons expliquent que les citoyens ne recourent pas plus souvent aux pétitions en ligne : l’impression que la pétition n’aboutira pas ; le questionnement du citoyen sur sa légitimité individuelle à s’emparer d’un sujet en tant que simple citoyen sans mandat particulier, et enfin, le temps à consacrer à la pétition.

Sarah Durieux regrette que la question du temps que les institutions publiques acceptent de donner aux citoyens pour qu’ils s’engagent en dehors d’un mandat politique ou syndical soit si peu présente dans le débat public. C’est pourtant un enjeu d’égalité entre citoyens : « Les gens qui sont dans la vie active ont peu de temps pour agir sur les sujets qui leur tiennent à cœur, explique –t-elle. Pourtant,  les contributions citoyennes sont un vrai enjeu démocratique. Il faut, à mon sens,  réfléchir à un droit individuel à l’activisme pour libérer du temps au profit de tous, quel que soit son âge ou son activité, et construire ainsi une démocratie qui fonctionne pleinement. »

Décideurs et acteurs publics : quelle utilisation faire des pétitions citoyennes ?

Pour Sarah Durieux, la convention citoyenne sur le climat en est un bon exemple d’une participation citoyenne qui a porté ces fruits : cette assemblée de citoyens a produit des recommandations réalistes, chiffrées et prenant en compte la donnée sociale, environnementale et économique. Elle constate cependant une vraie réticence des élus et des responsables administratifs à prendre en compte les travaux citoyens dans les débats publics ou dans la décision administrative. « Cela tient à la peur de ne pas savoir gérer les opinions exprimées et d’être débordés par cette expression citoyenne.», analyse-t-elle. « On ne peut pas exiger des citoyens qu’ils fassent confiance au politique si les élus et les décideurs publics ne font pas confiance aux citoyens. Il y a un vrai travail de lâcher-prise à faire sur l’expression citoyenne ».

Micro Ouvert #3 : Sarah Durieux, Présidente de la change.org France
Commentaires
0

Laisser un commentaire